Comité Départemental Aviron 74

Comité Départemental Aviron 74

Eva Brasset : « Pas livrée avec le bateau »

 photo : DL

 

Eva Brasset (22 ans) barre le huit annécien depuis 2008. Un bateau champion de France l'an dernier et qui remet son titre en jeu ce week-end. Toujours avec la jeune femme à son bord.

 

Il y a la première Impression. Celle qui reste bien souvent et à laquelle on s'accroche. Cette fois-ci, elle n'a pas survécu. Passé le salut amical, Eva Brasset l'a balayée. Question de franc –parler. D'attitude aussi. De parcours surtout.

 

Le soleil se reflète doucement dans les eaux turc; qui lêchent les pieds de la base nautique des Marquisats. Il est 9 heures. Il y a trois heures, Eva était sur l'eau avec le huit annécien qu'elle barre depuis 5 ans et qu'elle accompagne aujourd'hui à Bourges pour défendre samedi le titre national conquis l'an dernier. « Sûr les derniers entraînements, on monte en puissance, remarque-t-elle. L'objectif  ? C'est de prouver qu'on peut confirmer cette année d'autant plus que Verdun (absent l'an dernier) sera présent. »

 

Tilliet : « On dit huit mais nous sommes neuf »

 

On écoute. L'histoire de ce bateau, ont la connaît. La sienne non. Regard calme, elle déroule tranquillement le fil de son CV. Son âge ? 22 ans. Sa profession ? Etudiante en droit . Le sport ? « De l'aviron à partir de 2004, retrace-t-elle. Jusqu'en 2008, j'ai ramé. On était cinq pour entrer dans un quatre. Vu mon gabarit, Fred (Laydevant) m'a mis comme barreuse dans le huit. »

 

On imagine l'ado de 17 ans face à huit gars, torse bombée et le verbe facile. On Imagine et les questions affleurent aussitôt « La première fois, ça fait bizarre, glisse-t-elle dans un sourire. Ils étaient perple. Mol aussi. « Un passage en 2009 comme barreuse au sein de l'équipe de France juniors lui permet de décoller l'étiquette de novice. La maturité accompagne une assurance naissante. « C’est vrai que j'ai beaucoup appris cette année là, explique-t-elle. J'ai appris à canaliser mon stress et prendre celui des autres sans le laisser transparaître. » Sa mission ? « Leur montrer qu'ils n'ont pas à avoir peur. Je dois leur enlever le plus de pression possible. On prend beaucoup sur soi et ce n'est pas évident. »

 

Elle dessine les contours de son rôle. Son plaisir. Sa confidentialité un peu aussi. Car si la discipline porte  nom de « huit », il reste neuf sur l'embarcation. Neuf pour aller chercher un résultat. « Je ne suis pas livrée avec le bateau », rappelle-t-elle. Fabien Tilliet, ancien champion du monde de quatre sans barreur et membre du huit, va même plus loin. « Elle fait entièrement partie du bateau. Sans elle, ce serait différent. On dit huit mais nous sommes neuf, il ne faut jamais l'oublier. On a tous confiance en elle et elle ne se laisse jamais intimide par huit gars. »

 

Il y avait la première impression. Elle s'est envolée.

 

Le HUIT ANNECIEN (Thomas Kimmel, Fabien Tilliet, Wiliam Chopy, Benoit Demey, Rémy Duhautois, Vincent Larminay, Darmen Piqueras, Antoine Lantaz. Bar : Eva Brasset



27/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres